0

De l’attitude au comportement (2)

La première étude sur la relation entre attitude et comportement a été réalisé par Lapierre en 1934. Sa conclusion fut de dire que dans bons nombres de situations, connaître l’attitude ne suffit pas à prédire le comportement.

Fishbein et Ajzen (1975) (1980) Théories de l’action raisonnée (TRA) et du comportement planifié (TPB):
La réalisation d’un comportement refléterait l’intention comportementale. L’intention comportementale serait fonction de latitude envers le comportement (l’individu juge si la réalisation du comportement et bon ou mauvaise, s’il est pour ou contre), et des normes subjectives perçues envers ce comportement (perception de la pression sociale envers ce comportement).

Fazio (1986) Modèle MODE :
Modèle proposé dans le cadre de l’analyse de la relation attitude comportement, la formation de la première pouvant entraîner le déclenchement du second. Il permet de distinguer le fait que l’attitude serait une meilleure variable prédictive du comportement dans le cadre d’un mode d’action raisonné que dans le cadre d’un mode d’action spontané.
Selon Fazio, plus le temps de réponse à une situation est court, plus l’attitude est accessible en mémoire. Les attitudes très accessibles prédisent mieux le comportement que les moins accessibles.

Fazio (1990) Modèle MODE:
L’individu peut réfléchir aux conséquences de son comportement lorsqu’il en a la motivation et l’opportunité. Dans ce cas, l’individu s’engage dans un travail cognitif : il évalue l’objet, examine les informations disponibles, détaille les attributs.
Selon le MODE, dans la mesure où elles sont capables d’activation automatique, les attitudes gouvernent les jugements et les comportements (première version du modèle) à moins que les individus et l’opportunité aient la motivation d’initier un processus de réflexion (deuxième version du modèle). La motivation est ici nécessaire pour induire les individus à s’engager dans un raisonnement délibéré (recherche et construction d’une attitude envers le comportement et la formation d’une intention comportementale)

Godin et Kok (1996) « Comment une personne comme moi, en fonction de mon rôle, devrait se comporter ? »

D’autres variables sont également à prendre en compte comme les normes morales ou croyances normatives personnelles se référant à un sentiment de responsabilité personnelle d’avoir ou pas réalisé un comportement donné ou les croyances de rôles

Sniehotta, Presseau et Araujo-Soares (2014) – Health Psychology Review

http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/17437199.2013.869710

Dans cet article, les auteurs suggèrent de retirer la théorie du comportement planifié (TPB) en raison de son manque de validité prédictive.

Gérard ROCHAT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *